Fleur Palisse : contributrice de la Charte de Lampedusa

En octobre 2019, Fleur est partie à la rencontre des migrantes et des migrants de l’île italienne de Lampedusa. Pendant une semaine, elle a pu échanger avec d’autres jeunes venus du monde entier. Ensemble, ils se sont penchés sur la question des déplacements forcés de population et ont tenté de mieux comprendre les enjeux liés à la migration humaine ou à la condition des réfugiés. Fleur partage avec nous cette expérience marquante et revient sur les temps forts de son voyage.

Olivier : Quel est le moment qui t’a le plus marqué lors de ce voyage ?

Fleur : C’est la commémoration du naufrage du 3 octobre 2013.* Quand on songe au fait qu’il y a eu là-bas de nombreux morts… Et qu’en plus on est sur le bateau, qu’on constate comment ça bouge… On ne peut que se demander comment c’est en pleine nuit lorsqu’on ne voit pas la différence entre le ciel et l’eau. C’était difficile. J’ai beaucoup pleuré à ce moment là.

Olivier : Est-ce que tu peux nous parler un peu de la charte de Lampedusa ?

Fleur : Pendant cet échange, nous avons fait un world café, c’est-à-dire une sorte de tour de table. À partir de nos échanges, nous avons rédigé une charte qui explique qui nous sommes, ce que nous faisons et pourquoi, ce que nous avons vécu comme expérience… Nous avons également posé des enjeux et réfléchi à ce que nous pouvons faire pour changer les choses.

Olivier : Si tu devais retenir un extrait de cette charte, ce serait lequel ?

Fleur : «  Vous pouvez croire que vous avez le pouvoir de commencer le changement, même si c’est un petit pas. Le changement prend du temps. Vous pouvez vous mettre au défi de rencontrer de nouvelles personnes. Vous pouvez rencontrer des réfugiés ou des migrants dans votre communauté. Vous pouvez commencer le changement avec votre famille et vos amis, leur dire ce que vous savez, pourquoi cela compte. Vous pouvez donner les informations à d’autres pour les aider à agir. Vous pouvez rechercher la vérité. Soyez curieux. Soyez critiques. »

Olivier : Aujourd’hui, avec les autres jeunes vous pensez à la mise en œuvre de cette charte ?

Fleur : En effet il faut partager tout cela.

Télécharger la lettre de Lampedusa rédigée par les jeunes européens en intégralité.

*Ce naufrage a fait 366 morts (au large de la Sicile, près de Lampedusa) parmi les 500 migrants clandestins africains qui tentaient de rejoindre l’Europe. C’est l’une des plus grandes tragédies en mer Méditerranée depuis le début du siècle.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Olivier
Olivier
Chargé de développement européen, Olivier a connu les MFR lorsqu'il travaillait au Sénégal. Sa confiance dans le pouvoir d’agir des jeunes et dans la capacité d’innovation des territoires ruraux, sous toutes les latitudes, est restée intacte depuis cette époque.

Plus d'articles de l'auteur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles sur le même sujet

Newsletter MVT

Dernières publications

Entrepreneurs en milieu rural

Dans cet épisode du documentaire "Jeunesse et nouvelles ruralités", découvrez les témoignages de jeunes qui ont créé leur emploi en territoire rural, et de chefs d’entreprise qui se sont donnés comme mission d’accompagner la jeune génération.

Regards croisés : jeunesses & territoires

Cet épisode du documentaire "Jeunesse et nouvelles ruralités" propose de sortir des sentiers battus. De jeunes adultes parlent de leur parcours de vie, entre rural et urbain.

Comment les jeunes s’engagent pour leur territoire ?

Le témoignage d’engagement de jeunes pour leur territoire croise le regard d’adultes soucieux de la place à donner à la jeunesse pour construire le monde de demain.

Envie de recevoir nos actus ?

Restons en contact ! Chaque mois, nous partageons avec vous nos plus beaux projets, les informations les plus marquantes... Et toutes nos pépites ! 😉

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :